Friday, August 12, 2005

Invitation après minuit

Invitation après minuit

Le mur illégal d'apartheid qui entoure la partie nord du camp d'Aida est terminé. Nous pensions et espérions que les soldats de l'occupation n'entreraient plus dans le camp et qu'ils mettraient fin à leur comportement barbare et à leur obstination à venir troubler le calme de nos nuits. Il semble bien qu'il s'agissait d'un espoir sans fondement.
La nuit du 10 au 11 août, à deux heures du matin, plusieurs véhicules de l'armée d'occupation ont envahi le camp d'Aida dans un immense tumulte. Les cris et les hurlements des soldats qui appelaient les gens dans leurs maisons, en frappant aux portes et aux fenêtres des habitants qui dormaient paisiblement, a réduit en pièces et dispersé notre espoir d'une nuit calme. Les cris augmentaient : sortez ! Éteignez la lumière ! Venez ici, allez là-bas ! Face au mur !..
Mon cousin Ibrahim nous a dit avoir entendu du tapage mais il n'a pas vu dans quelle partie du camp cela se passait.
Sa plus jeune fille, Reyan, qui a 5 ans, s'est levée et a été dans la chambre de ses parents... Elle était paniquée et demandait d'où venaient ces bruits et qui en étaient les auteurs. Ibrahim l'a serrée dans ses bras et lui a dit qu'il s'agissait des soldats de l'occupation, qu'elle devait aller dormir.
Elle avait la peur dans les yeux et a demandé : vont-ils entrer chez nous ?
Ibrahim lui a dit : je ne sais pas, va dormir et n'y pense plus.
Une heure après elle s'est endormie, mais pas d'un sommeil d'enfant... Elle avait les larmes sur les joues et la peur dans le coeur...
Une heure plus tard, les véhicules de l'armée d'occupation ont commence à sortir du camp, avec tout le bruit possible, comme s'ils célébraient une victoire inattendue. Ils sont finalement partis, vers quatre heures du matin, après deux heures de vandalisme et d'horreur dans les rues et dans quelques maisons du camp.
Ce qui est vraiment surprenant est que cette nuit-là, ils n'ont arrêté personne. Ils n'ont démoli aucune maison... Ils sont simplement venus pour inviter trois personnes du camp à se rendre à un centre de détention et d'interrogatoire au sud de Bethléem, qui s'appelle Atzion. On leur demande d'aller rencontrer les services de renseignements israéliens.... S'ils n'y vont pas, les soldats reviendront de la même façon une autre nuit, mais cette fois pour les arrêter...
Ils sont si polis, n'est-ce pas ? N'aimeriez-vous pas être invités à une rencontre après minuit avec autant d'honneurs ? Vos voisins en seraient admiratifs, en particulier votre femme et vos enfants si vous êtes marié, ou vos parents, vos frères et soeurs.
Ce matin du 12 août, une fois de plus l'armée d'occupation est entrée dans le camp, à trois heures. Cette fois ils ont arrêté Raed Sharara, un jeune homme de 30 ans. Il est marié et a trois enfants.. Personne ne connaît la raison de cette arrestation...
Et la vie continue...
Si vous trouvez votre vie morose, venez à Aida... La vie reprend son rythme du bon vieux temps.
J'espère que vous allez bien et je vous souhaite un bon repos le jour et un bon sommeil la nuit... J'espère que vos enfants n'entendront rien d'autre que votre ronflement, si vous ronflez...